Je m’endors au creux d’un meurtre : Sébastien Émond

Sébastien Émond n’a pas pour ambition de convertir quelques personnes à une certaine idée ou idéologie, mais il sollicite le respect et la prise en compte de la différence. En ce sens, il prend position et conteste l’ordre hétéropatriarcal pour un ordre plus libéré. De ce fait, il développe des thématiques apparentées : l’amour, l’amitié, la violence, le rejet, la liberté…

À tort ou à raison, le monde reste figé sur un ordre établi qui écarte certains et privilégie d’autres. Cela crée une rupture entre les humains qui développent des failles et des frustrations inutiles. La diversité et l’inclusion ne doivent pas être de vains mots, car ils doivent prendre en compte tous les contours de la nature humaine pour une société plus efficace et plus épanouie. L’auteur déplore implicitement le fait que certains jours, on a l’impression d’être dans un monde qui impose l’uniformité, alors que c’est la présence des différences, des réalités humaines qui va faire évoluer la société pour favoriser l’être avec.

talons hauts
rien d’autre
nous marcherons dans les rues
libres
de nos chairs techniques

L’écriture de Sébastien Émond est directe et très créative au sens de fécondité, d’innovation et de renouvellement. D’un poème `l’autre, on rencontre plusieurs Sébastien Émond. Il tourne son regard du côté de l’humain, tout simplement ; l’humain qu’il définit dans les pages de son recueil :

nous voulons l’amour et sa créature
lardée d’huile et de douches froides

Dans ce recueil, l’amour d’amitié au cœur de la relation. La relation à l’autre y est visible. Elle se révèle comme le souffle qui fait tout tenir entre le narrateur et Jesse. Même lorsque l’ami va vers d’autres ailleurs, l’amitié est toujours là. Le narrateur demeure présent et vigilant pour que rien ne se perde. Il y a des façons d’être humain, enseigne, et les différences ont de l’importance dans toute société. Étiqueter des personnes ou imposer une tendance soi-disant normale ou traditionnelle n’est pas toujours constructif, car on peut très bien être différent et demeurer soi-même ; on peut être différents et vivre ensemble. L’expérience de la vie est une structure fragile qui peut parfois conduire au rejet de l’autre. C’est pourquoi elle doit toujours se renouveler grâce au pouvoir de transcendance (de soi et de l’autre) pour aboutir à une ouverture. C’est peut-être aussi le rôle de la littérature ou du cinéma, ou de l’art tout court (chez Émond), en tant que dépassement (par le biais de l’imaginaire).

Karl Emmanuel Makosso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Marie Réparatrice — Louis-Philippe Hébert

Marie Réparatrice raconte l’histoire de la petite Marie, dotée de pouvoirs miraculeux qui lui permettent de ressusciter les animaux morts et de guérir les cœurs et les corps. Ce recueil de 56 pages met en avant l’histoire du chat de Marie, écrasé par une voiture, pour illustrer que guérir ou ressusciter n’est pas une tâche aisée.

Read More

Sans morale — Laurent Robert

Laurent Robert explore une variété de formes et de styles poétiques dans son recueil composé de 100 poèmes. Il offre une expérience riche et diversifiée pour les lecteurs. En intégrant des genres allant du haïku au sonnet en passant par le tanka, il démontre sa mobilité et son engagement envers la diversité de la poésie. Le

Read More

Rictus -Eddy Garnier

Eddy Garnier, poète de la diaspora né dans le Plateau Central d’Haïti, a consacré son œuvre à défendre les principes de justice dans une dimension universelle. Installé dans la région de l’Outaouais, il a puisé son inspiration dans les réalités de la vie quotidienne, les luttes sociales et les questionnements existentiels. Dans son dernier recueil

Read More

Poésie- Lieux dits -Collectif

Pour les éditions Prise de parole, la publication d’un recueil collectif, à l’occasion de leur 50ᵉ anniversaire, est évidemment un moment spécialement mémorable. Six femmes, plusieurs façons de penser : Miriam Cusson, Yolande Jimenez, Suzanne Kemenang, Andrée Lacelle, Charlotte L’Orage, Guylaine Tousignant *** Abstraction faite des nuits fiévreuses et des angoisses existentielles (ce qui donne toute la

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit