Desirada de Maryse Condé, Editions Robert Laffont, 1997

Le 2 avril 2024, Maryse Condé, autrice guadeloupéenne de renom, nous a quittés à l'âge de quatre-vingt-dix ans, laissant derrière elle un héritage littéraire monumental. En quarante-cinq années de carrière, elle a enrichi la littérature francophone de près d’une cinquantaine de récits puissants, dont les incontournables "Ségou" et "Moi, Tituba sorcière...". Son œuvre, traduite en une quinzaine de langues, lui a valu de nombreux prix, notamment le prix Nobel alternatif de littérature en 2018. Parmi ses écrits marquants, "Desirada" explore les thèmes de l'identité et de la quête de soi à travers l'histoire de Marie-Noëlle, une héroïne en quête de ses origines et de sa place dans le monde.

L’autrice guadeloupéenne Maryse Condé a tiré sa révérence ce 2 avril 2024, dans sa quatre-vingt-dixième année. Une figure majeure de la littérature francophone vient de nous quitter. En quarante-cinq années, elle a construit une œuvre foisonnante constituée de près d’une cinquantaine de récits, dont les classiques de la littérature afro : Ségou, Moi, Tituba sorcière… ou encore le très inspirant La vie sans fard, qui est l’histoire de la naissance d’une écrivaine racontée par elle-même. Traduite dans une quinzaine de langues, Maryse Condé est lue dans le monde entier et a obtenu de nombreux prix, dont le prix Nobel de littérature alternatif en 2018 pour l’ensemble de son œuvre.

Guadeloupéenne indépendantiste et féministe engagée, Maryse Condé est devenue une grande voix de la littérature française et mondiale en proposant à ses lecteurs un nouvel imaginaire et en produisant de puissantes figures romanesques aux réalités sociales jusqu’alors invisibilisées. Elle place également les univers africain et antillais au centre de ses récits. Ses œuvres nourrissent la mémoire de la traite négrière et du colonialisme et mettent en lumière les multiples identités noires.

J’ai choisi de vous parler de Desirada, un grand roman sur l’identité. Maryse Condé y met en scène des personnages complexes et réalistes. Marie-Noëlle, le personnage principal de ce livre, tente de percer le mystère de sa naissance pour résoudre la crise existentielle qu’elle traverse.

Abandonnée à la naissance, Marie-Noëlle vit ses premières années choyée par une mère adoptive en quête d’enfant, dans le cadre enchanteresque de la Désirade, une île de l’archipel guadeloupéen. Puis survient le déracinement à Savigny-sur-Orge, une cité de la banlieue parisienne, lorsque Reynalda, sa mère biologique, la fait venir auprès d’elle. Marie-Noëlle vit mal son retour auprès d’une mère distante et peu maternelle, qui agit envers elle plus par obligation que par amour. Malgré l’attention et l’affection de son beau-père, Marie-Noëlle ne parviendra jamais à trouver sa place dans cette famille, qu’elle finira par fuir pour s’exiler aux États-Unis. C’est sa quête identitaire qui la ramènera en France puis à la Désirade. Le lecteur, à l’instar de l’héroïne, est confronté à l’ambiguïté, au silence, aux demi-vérités, et lorsque la parole survient enfin, elle n’est pas du tout libératrice. Reynalda et Nina, la grand-mère de Marie-Noëlle, ont deux versions diamétralement opposées de ce qui s’est produit dans le passé. Laquelle de ces deux femmes livre la vraie histoire ? Comment surmonter le fait que la vérité reste inaccessible ?

Certains le vivront comme une véritable tragédie, mais n’est-ce pas plutôt une leçon de vie pour Marie-Noëlle et pour nous autres ? Ce qui lie ces trois femmes, c’est le chagrin et le désamour qu’elles ont chacune éprouvé envers leur mère. Marie-Noëlle, Reynalda et Nina appartiennent à trois générations de femmes marquées par de profonds traumatismes. On ne peut pas les juger selon une vision manichéenne, car chacune a fait ce qu’elle pouvait pour survivre et chacune détient sa vérité. Marie-Noëlle semble trouver la paix quand elle comprend que les événements qui ont abouti à sa naissance ne la définissent pas. Le message ici me semble être que nous devons tous nous libérer de nos hantises familiales et nous hâter de mieux vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Le continent du Tout et du presque rien de Sami Tchak

Sami Tchak est un sociologue et écrivain togolais. Il est devenu, en trente ans, une sommité du cercle des écrivains francophones reconnue dans le monde entier. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, des romans et des essais, dont plusieurs ont été traduits en italien, en espagnol et en allemand. En 2004, il est le lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son quatrième roman La fête des masques

Read More

Les Aquatiques d’Osvalde Lewat

Osvalde Lewat est une photographe et réalisatrice franco-camerounaise. En 2021, elle publie un premier roman magnifique grâce auquel elle obtient le Grand prix panafricain de littérature de 2022. Décerné à l’occasion de la Journée internationale de l’écrivain africain, ce prix désormais reconnu d’utilité publique promeut et prime l’œuvre des écrivains du continent africain.

Read More

Peine des faunes d’Annie Lulu

L’écrivaine congolaise et roumaine Annie Lulu fait en 2021, une entrée remarquable dans le cercle des écrivains francophones de talent, avec son premier roman La mer noire dans les Grands Lacs. En 2022, elle publie un deuxième roman très ambitieux, Peine des faunes, dans lequel elle mêle deux grands activismes contemporains que sont le féminisme et l’écologie. Cette écofiction est d’ailleurs finaliste du Prix du roman de l’écologie.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit