Peine des faunes d’Annie Lulu

 L’irréparable ne doit pas nous pousser à mourir, mais à vivre et à vivre radicalement différemment. Vivre est la seule garantie d’anéantir un jour ce qui nous tue ou bien a failli nous tuer. Vivre est le seul moyen que, quelqu’un, une femme, ait un jour la possibilité de tuer la mort.

Peine des faunes fait voyager le lecteur à travers l’espace et le temps ; de 1986 à 2047, en Tanzanie, en France et en Écosse. Son point de départ se situe en Tanzanie avec l’un de ses principaux personnages Rebecca qui quitte précipitamment son foyer pour se rendre dans son village natal, afin d’être aux côtés de sa mère Omra.

En Tanzanie où elle atterrit, les villageois sont en lutte contre une compagnie pétrolière qui veut les exproprier de leur terre ancestrale pour construire un oléoduc. Margaret, l’ainée de ses huit enfants, est alors fiancée à son ami d’enfance Jay. Son père profite de l’absence de Rebecca, pour imposer un nouveau prétendant à leur fille. Prise au piège à cause de la cupidité de son père et de la lâcheté de Jay, Margaret est contrainte d’épouser Samuel, pour éviter le déshonneur. Ce mariage marque le début de la tragédie personnelle de Rebecca, qui entraînera des répercussions sur toute sa famille, durant plusieurs générations.

Annie Lulu déroule l’histoire de cette famille tanzanienne, en se focalisant sur les femmes de la lignée de la matriarche Omra. Elle dresse de beaux portraits de ces femmes qui sont à la fois puissantes et faibles. Elle ne tombe pas dans l’écueil de les présenter uniquement comme les victimes des hommes. Ainsi, Omra rappelle que « ce sont les mères qui élèvent les tueurs » et Rebecca fustige leur inaction.

Si tu n’aimes pas le prix de la liberté, ma fille, tu ne mérites pas d’être libre

Dans le roman, un parallèle est souvent fait entre les femmes et les animaux, pour dénoncer un traitement commun. En 2047, la société dans laquelle vit Jacob, le descendant des quatre générations de femmes de cette famille, est majoritairement antispéciste. Lui-même est un grand activiste écologique et un défenseur de la cause animale. C’est à lui qu’il incombe de faire face à son aïeul « fauneur », pour mettre un point final au cycle de violence familiale démarré par le féminicide de Margaret.

Si pour certains critiques Annie Lulu aurait dû se focaliser sur un seul thème central et développer le deuxième dans un autre roman, pour ma part, j’estime que traiter de ces deux enjeux fondamentaux de notre époque dans une seule et même œuvre est un pari qu’elle a admirablement relevé. D’autant plus que l’auteure souhaite clairement nous amener à une prise de conscience sur la violence des êtres humains. Les activités d’extraction, les féminicides et le spécisme démontrent que l’être humain est à la fois violent envers la planète, envers les femmes et envers les animaux. Cette violence nous impacte tous, car elle détruit le vivant et il est urgent de s’en libérer. Il en va de la survie de l’espèce humaine et de celle de la planète que les luttes contre ces diverses formes de violence humaines convergent.

Peine des faunes est un roman intense, écrit dans une langue très poétique, qui vous poursuivra longtemps après que vous aurez tourné sa dernière page. Il suscitera chez vous beaucoup d’interrogations et forcément il m’apparait comme un support idéal à toutes les lectures communes tant il est porteur de nombreuses discussions. Je vous recommande donc de le lire à plusieurs.

Ayaba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Le continent du Tout et du presque rien de Sami Tchak

Sami Tchak est un sociologue et écrivain togolais. Il est devenu, en trente ans, une sommité du cercle des écrivains francophones reconnue dans le monde entier. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, des romans et des essais, dont plusieurs ont été traduits en italien, en espagnol et en allemand. En 2004, il est le lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son quatrième roman La fête des masques

Read More

Les Aquatiques d’Osvalde Lewat

Osvalde Lewat est une photographe et réalisatrice franco-camerounaise. En 2021, elle publie un premier roman magnifique grâce auquel elle obtient le Grand prix panafricain de littérature de 2022. Décerné à l’occasion de la Journée internationale de l’écrivain africain, ce prix désormais reconnu d’utilité publique promeut et prime l’œuvre des écrivains du continent africain.

Read More

Désir d’Afrique de Boniface Mongo-Mboussa

J’ai choisi ce livre sans rien connaître de son contenu et de son auteur. J’étais attirée par son titre « Désir d’Afrique ».  J’ai eu la bonne surprise de découvrir la première histoire de la littérature négro-africaine en langue française, écrite par un Africain. L’auteur de cet essai est l’écrivain et éminent critique littéraire congolais Boniface Mongo-Mboussa.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit