Glad Amog Lemra : la beauté jouit de la bonté   

Bonjour, Glad, et merci d’avoir accepté de nous accorder cette interview. Vous êtes un poète actif et vos ouvrages sont appréciés par les lecteurs, que représente pour vous la poésie ? Toute personne est-elle un poète qui s’ignore ?

Bonjour, OU’TAM’SI MAGAZINE. Tout être humain est une espèce de terre fertile prédisposée à recevoir une semence et en produire le fruit. En revanche, le poète, n’est pas qu’une terre, mais une terre Romantique. Le poète est un esprit, un être humain mandaté à révéler des rayons de vérités, en quête de façon permanente à la compréhension humaine et à l’illustrer sans concession, ni compromis, autrement c’est un écrivain de métier.  

Quel est le lien entre la poésie et la finance ? Comment ou pourquoi êtes-vous devenu poète ?

La poésie est le monde, et la finance, une particule du monde. Je ne suis pas devenu poète, ce n’est pas un cursus, ce n’est pas un galon, c’est une identité romantique déterminée par un esprit qui dit les maux de la société et chante les louanges de la beauté, la bonté, l’amour, la tolérance…

Quelles sont, selon vous, les qualités requises pour se lancer dans la poésie ?

La poésie n’est pas un tribunal de mots, encore moins un jardin potager de vers ou de proses. Des mots sans âme sont semblables à un fleuve sans poissons. Au risque de me répéter et de ne pas être compris, je dirai certainement l’affranchissement de soi par rapport à l’existence est l’ultime qualité requise au-delà d’une prédisposition à conquérir la connaissance. Plus haut, j’essayais de faire comprendre que la poésie ne s’apprend pas, c’est une expression d’émotions. Ce qui s’apprend c’est l’écriture de la langue dans laquelle cette expression est transcrite. S’affranchir c’est départager le matériel (humain) de l’esprit pour dire fidèlement la nature de l’être humain.

Lors de la création d’un poème, qu’est-ce que vous vous dites personnellement ?

J’ai envie de vous dire, rien, sinon qu’essayer de transcrire un état d’esprit, matérialiser une émotion, vomir une gêne, révéler une interrogation ou une incompréhension… avec un vocabulaire propre à moi.

De façon générale, quel message souhaiteriez-vous faire passer en tant que poète et quelle cause défendez-vous en écrivant ?

En tant que poète, aucun message, parce que ma poésie étant est expression d’émotions, je ne saurais la commander à l’instant présent. En revanche, en tant qu’écrivain, le déteste l’injustice humaine incarnée par la société, sous toutes ses formes, elle me ronge.

En 2019, vous avez publié un ouvrage intitulé « Négritudesque », quelle en est l’ossature ?

Mon incompréhension de la société africaine, j’ai eu l’impression que sous certains cieux l’être noir nageait dans une sorte de soumission morbide, leurs gouvernants en premier. Que penser par soi-même, réfléchir et analyser une situation était un blasphème ou une atteinte à la sûreté d’un état, parce que le politique aurait déjà pensé à la place de tous. Donc ne pensez plus, débarrassez-vous de cette cervelle qui n’est qu’un ornement. Alors qu’il y a eu un courant littéraire et politique, la Négritude avec Sédar Senghor, Aimé Césaire… pour ne citer que ceux-là… qui se sont indignés face à l’impérialisme et cultivé une prise de conscience de l’être noir. Malheureusement, les ambassadeurs démocratiquement impérialistes qui gouvernent certains États noirs semblent implorer l’indignation… D’où « Négritudesque » une forme d’exclamation face à cette ambivalence. Heureusement qu’à côté de cela, il y a encore de l’Amour qui alimente nos cœurs. Somme toute, Négritudesque est une sorte de melting-pot romantique, avec de la poésie, des récits et du théâtre.  

Quel état des lieux faites-vous aujourd’hui de la poésie dans l’univers francophone ?

Fleurissant par sa forme, qui semble être définitivement une manne populaire, politiquement correcte, qui rapproche ses pages en vers et proses vers un rayon de soleil sombre qui finit par consumer toutes ces pages au final.  Dans son fond, elle doit davantage sortir de cette espèce de secte réservée à ce que l’on appelle « intellectuel » pour servir à la société tout entière et non à une caste de marionnettiste.

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

Deux projets cinémas, documentaire et fiction, et une nouvelle transcription d’émotions.

Si votre vie était une poésie, quels en seraient les vers ?

La beauté jouit de la bonté   

Un mot pour le mois de la poésie au Québec ?

Que le mois de la poésie au Québec soit un mois de noces pour la forme et le fond poétiques.

Franckh Esperant NOMBO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

À la rencontre de Lise Létourneau

Bonjour, Lise, comment allez-vous ? Bonjour, Pénélope, c’est un plaisir de participer à votre magazine. L’art et vous c’est incontestablement une histoire d’amour. Comment est-il venu vers vous ? Je crois que j’ai toujours été très créative, alors, lorsqu’il a été le temps de choisir une orientation, j’ai décidé de m’inscrire aux Beaux-Arts de Montréal, au grand

Read More

Conversation avec Stephane Ilinski

Né au cœur de Paris et élevé dans l’atmosphère austère des pensionnats, Stéphane Ilinski nourrissait le désir fougueux d’intégrer la Légion étrangère, jusqu’à ce que l’influence délicate de sa grand-mère le guide vers les rivages enchantés de la poésie, modifiant ainsi le cours de son destin. Après des années d’études consacrées aux Sciences économiques et aux Langues orientales, il se lance dans une odyssée à travers l’Asie, l’Inde et l’Europe de l’Est. Revenu en France, il donne naissance à une pléthore d’œuvres poétiques envoûtantes, à un premier roman et à des nouvelles captivantes. Depuis une décennie, il a élu domicile à Montréal, où il poursuit avec ardeur son engagement littéraire, tissant des récits empreints de magie et de profondeur.

Read More

À la rencontre de Guy Bélizaire

Alors qu’il vient de publier son deuxième recueil de nouvelles consacré à la mémoire et aux souvenirs, « Mémoires vagabondes » (Éditions Terre d’accueil), l’écrivain Guy Bélizaire revient sur cet ouvrage, sur la passion des origines (Haïti dans son cas) et sur l’Universel. Et en fait, des origines qu’on ne peut renier et une universalité qui nous interpelle.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit