La Science des sorciers de Koba de Caroline Meva.

Le roman de Caroline Meva aborde la sorcellerie comme réalité quotidienne et légendaire des habitants de Koba

La sorcellerie est la particularité des gens de Koba, et l’on peut penser que tout le monde ou presque y croit. Ce roman qui se déroule dans un pays imaginaire, le « Balanga », met en avant le visage d’Almega, un jeune intellectuel africain féru de sciences et respectueux des traditions. Almega est passionné par la nature humaine et par la nature en général. Il porte un idéal : préserver l’équilibre du monde en respectant toutes les dimensions inhérentes à l’humain. De retour dans son village, à Koba, après la mort de sa mère, il est amené à participer à une séance d’initiation (à Mengana), il y découvre l’Énergétique[1] et décide dès lors de soigner et de contrôler la sorcellerie.

Nyamoro ordonna à Almega de s’allonger sur le lit de bambou. Le jeune homme s’exécuta, saisi d’une peur rétrospective ; après une brève hésitation, il reprit courage et se décida à poursuivre l’aventure. Le devin s’installa sur un banc, au niveau de la tête du jeune étudiant, et l’assistant prit place à ses pieds.

Après son roman Les Supplices de la chair — drame érotique et récit portant sur des faits sociaux —, Caroline Meva manifeste ici une disposition très originale, évidente et sensible, profonde et universelle, de se lancer dans une littérature qui accorde une place essentielle à l’éthique, à l’environnement et aux traditions. Pour, en fin de compte, présenter un roman fantastique, mais réaliste et révélateur. Pour l’écrivaine camerounaise, il ne s’agit pas d’encenser la sorcellerie, mais d’en parler puisque c’est un phénomène qui reste ancré dans nos sociétés et dont les conséquences sont funestes. Alors, loin de l’apologie de la sorcellerie, ce livre s’apparente à un souvenir d’un village qui, sous l’influence des esprits, contribue à maintenir le mystère et l’idéal mystique. C’est peu dire, donc, qu’au-delà de quelques faits vécus et peut-être entendus, Caroline Meva a mené des recherches autorisées pour nous offrir La Science des sorciers des Koba.

Dans ce roman, le lecteur retrouve naturellement un Almega porté par un sentiment d’attachement à l’origine, à la culture et à la nature. Éthicien lorsqu’il évoque le monde mystique, scientifique lorsqu’il évoque la science, et environnementaliste lorsqu’il évoque l’environnement. Il est sensible à tout ce qui vit et respire. Ce qui souligne un peu plus la volonté de Caroline Meva de dire le monde, de dénoncer ce qui ne construit pas. On la voit, par exemple, évoquer la grande corruption qui nous étreint lorsqu’on arrive à l’aéroport du Balanga ; ou encore le non-respect de l’environnement voire l’obscurité omniprésente, les inégalités sociales.

Ce livre, par rapport aux premières publications, dévoile un autre visage de Caroline Meva. Sans doute, cela tient au cadre même de cette histoire qui, en l’obligeant à une certaine conscience présente et tangible, à une certaine liberté géographique et une vérité culturelle, la conduit à graver autrement son écriture, toujours directe, mais plus pénétrable aux particularités d’une situation, aux impératifs de l’action politique, aux nécessités absolues de changement. C’est comme si elle avait décidé de rester dans son roman, de mettre en avant sa grande culture et de dénoncer la dépravation des mœurs ainsi que les traditions destructrices.

En rentrant du Balanga après les obsèques de sa mère Na Mongo, Almega s’était mis au travail. Il avait orienté les travaux de sa thèse sur la sorcellerie, vue sous l’angle de l’Énergétique. Il s’était donné pour but d’analyser scientifiquement, de démystifier et de combattre objectivement la sorcellerie, ce phénomène morbide d’asservissement mental qui faisait des ravages en Afrique, particulièrement au Balanga, son pays natal.

Tandis que son père, cartésien et fervent croyant, croit que le diable existe ; Almega, en tant qu’homme de sciences, croit-il à la sorcellerie ? La réponse se trouve au fil des pages de ce roman de Caroline Meva dont le titre nous met déjà la puce à l’oreille. Celle de la lutte ; la culture contre la culture ; la science contre la sorcellerie, les traditions contre la modernité. Il est question de deux mondes que le parcours d’Almega nous fait découvrir. Mais c’est aussi la lutte de deux modalités de l’esprit humain : la raison et la croyance, dont l’accommodement des deux est, peu ou prou, le rêve de certains scientifiques ou de certains surnaturalistes. C’est l’une des principales missions que se donne Almega.

Nathasha Pemba


[1] « L’Énergétique se présente ainsi comme la science par excellence qui permet de réaliser le projet ultime de l’unification et de l’harmonisation des dualités fondamentales que sont l’onde et la particule, l’esprit et la matière, l’âme et le corps, la physique et la métaphysique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Enlève la nuit — Monique Proulx

Lire un livre déjà couronné de plusieurs prix, et donc de multiples critiques, peut sembler risqué. On peut se demander ce qu’il reste à dire. Cependant, adopter cette perspective revient à questionner notre propre jugement esthétique. Entrons donc dans ce texte sans préjugés ni suppositions.

Read More

Bar italia 90 de Mattia Scarpulla

Cette réinvention du personnage multi-identitaire dans le contexte contemporain du roman de Mattia Scarpulla, Bar Italia 90, apporte une touche d’intrigue et de subversion à l’histoire. Imaginer en quelque sorte une Virginia Woolf du XXIe siècle se tournant vers une relation amoureuse avec une femme rencontrée au Bar Italia, un lieu qui est à la

Read More

L’Aurore martyrise l’enfant – de David Ménard

La sensibilité a toujours un prix Dans ce roman paru en 2023, David Ménard nous transporte dans un récit singulier où il donne la voix à Marie-Anne Houde, célèbre pour son rôle de « femme méchante », incarnant à la fois la marâtre et la belle-mère dans l’imaginaire québécois. À travers une lettre poignante adressée à Télésphore

Read More

Voir Montauk de Sophie Dora Swan

Dans la quête de sens à travers les tourments de la maladie maternelle, une femme trouve dans la promesse d’un voyage vers Montauk une allégorie de la recherche du calme intérieur. L’écriture devient le phare éclairant la voie, où les trajets physiques se mêlent aux voyages de l’esprit, offrant ainsi un refuge de sérénité où la complexité de la relation mère-fille s’efface devant la simplicité de l’être.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit