« L’ultime combat de Guy-Brice Parfait Kolélas », ou la force des mots

« L’ultime combat de Guy-Brice Parfait Kolélas » (Éditions Les Lettres mouchetées) de Dany Bitsindou constitue une tentative de dire l’indicible. Comment revivre après la perte d’un être cher, d’un mentor politique ? Raconter se mue en nécessité. Un besoin vital dont la finalité serait de combler avec « le mortier de la parole le trou béant laissé par » la disparition brutale de cet être censé vous guider dans la vie, afin de rester debout.

« Le temps était comme suspendu. Dans la journée, les nouvelles qui me parvenaient étaient peu rassurantes, ou plutôt elles étaient dramatiques. Elles consumaient, minute par minute, mes certitudes. Les larmes coulaient de mes yeux cernés de fatigue — après plusieurs jours de campagne présidentielle. Néanmoins, je tentais tant bien que mal de refouler toutes les pensées noires qui trottaient dans ma tête. Je me battais contre moi-même (…) Des heures durant, je suis donc balloté entre l’envie de poursuivre nos efforts en politique et la tentation d’y renoncer et de prendre une autre voie. Je dois choisir et c’est le plus difficile des exercices, en même temps qu’une vague de questions philosophiques déjà me submerge ».

L’engagement peut-il se muer en valeur ? L’engagement peut-il aboutir à quelque chose de concret dans les sables mouvants du désenchantement ou de la douleur ? L’engagement a-t-il un sens quand l’un de ceux en qui vous croyez s’éteint subitement ? Quels peuvent être les buts de l’engagement ? Je veux dire du « pour quoi faire ? », voire de « pour faire quoi ? » mais aussi « à quoi bon ? » Existe-t-il un homme qui ne soit pas engagé du fait même de notre « disposition à l’animalité », pour reprendre Kant, un homme de besoins et de désirs qui nécessitent que l’on se batte au quotidien ou que l’on s’ouvre au monde pour les satisfaire ?

« À toutes ces questions philosophiques, je tente des réponses très superficielles. Toutefois, je me considère toujours comme un homme engagé, en somme ma personne est corrélative de l’engagement. De fait, le doute laisse place à la détermination, en dépit du deuil, d’autant que je me sens “oint” — passez-moi le terme — par la parole testamentaire du Président Guy-Brice Parfait Kolélas… »

Au moment où disparaît Guy-Brice Parfait Kolélas, l’auteur Dany Bitsindou sait qu’il prendra la parole, ce n’est que de cette façon-là qu’il pourra survivre au milieu de cette tempête morale. Seuls les mots peuvent lui donner le pouvoir de s’exprimer, de témoigner, d’être entendu et donc d’exister à nouveau. « Le récit sur mon mentor devient l’instrument qui force la porte de ma conscience. Et il m’a fallu beaucoup de courage et de détermination pour faire mon récit avec des mots appropriés »,explique-t-il.

De fait, « L’ultime combat de Guy-Brice Parfait Kolélas » devient un viatique et une boussole pour naviguer par gros temps. Cette force de dire l’indicible jaillit de ce qu’il faut toujours lutter pour la dignité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

La bêtise insiste toujours : Frédéric Bérard

Fort de ses recherches en droit et en politique, Frédéric Bérard s’attaque dans cet essai à la bêtise contemporaine dans la gestion des affaires publiques. Selon lui, bien que les scientifiques débattent de la possible diminution de notre quotient intellectuel collectif, il est indéniable que la bêtise est de plus en plus visible et influente, envahissant les réseaux sociaux et les sphères politiques. Dans La bêtise insiste toujours, Bérard critique la bêtise sous diverses formes, des projets industriels controversés aux théories du complot et au déni du racisme systémique.

Read More

NADIA CHEZ LES QUADRA

Dans le vaste panorama de la littérature africaine, Nadia Origo se distingue comme une figure polymorphe, naviguant avec aisance à travers les multiples facettes de l’écriture. Sa trajectoire tant académique que professionnelle reflète un éclectisme rare, où elle s’illustre tantôt en poésie, tantôt en prose romanesque, et encore en tant qu’essayiste éclairée. Mais ce qui

Read More

Kipiala ou la rage d’être soi de Bill Kouélany : récit d’une vie tourmentée

Bill Kouélany, artiste plasticienne originaire de la République du Congo, est la première Africaine subsaharienne à exposer à la Documenta de Kassel en 2007. Lauréate du Prix Prince Claus en 2019, elle est la directrice artistique de « Les Ateliers Sahm », un espace pluridisciplinaire qu’elle a créé pour les jeunes artistes en 2012, à Brazzaville. Elle publie Kipiala ou la rage d’être soi en 2021, aux Éditions Les Avrils, après ses pièces de théâtre Cafard, cafarde (2003) et Peut-être (2007).

Read More

Les Couleurs d’Amandine Hamet

Paru en France en 2022, en réaction à la situation des mineurs migrants dans les salles de classe, le récit autobiographique d’Amandine Hamet se présente comme une véritable somme sur la réalité de l’exil. Loin d’être un simple assemblage de cas, l’ambition de ce récit est d’amener les pays d’accueil à repenser la difficile question de l’exil et de l’hospitalité, en adoptant un sens humain et social.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit