PAR-DELÀ LES FRONTIÈRES DE JEAN MOHSEN FAHMY

Celui qui écrit est avant tout un artiste, un créateur de mots et de vies parce qu’il donne du souffle à l’inanimé. Par-delà les frontières fait partie de ces œuvres auxquelles l’auteur redonne sens, une seconde vie. Pourtant, au-delà du fait historique, ce qui fait la spécificité de ce roman, c’est la thématique qui l’encadre, ou plutôt les thématiques qui l’encadrent. L’immigration, la guerre et l’amour entre heurts et bonheurs. Ce roman est aussi une histoire familiale, une famille avec ses us et coutumes qui immigre au Canada.

Tout commence avec le déplacement d’une famille au Canada, un homme qui est parti de l’Italie pour participer à la construction du chemin de fer. Il fonde une famille dont il devient bientôt le pilier, l’ancêtre. Après le chemin de fer, il faut survivre et pour y arriver, il intègre le commerce et finit par devenir propriétaire.

Tu sais Carlotta, je suis arrivé à Montréal il y a déjà très longtemps. Je venais de l’Italie! AH! L’Italie… la bella Italia

C’est ainsi que s’exprime Nono le grand-père de Carlotta, lorsqu’il doit justifier sa présence au Canada. Venu pour la construction du chemin de fer, il n’est jamais retourné dans son pays. Il a choisi le Canada. Auprès de sa petite fille, il joue le rôle d’historien pour imprimer en elle l’histoire de leur émigration vers le Canada, afin qu’elle s’en souvienne. Dans cette transmission, les valeurs ne sont pas laissées de côté. En plus du respect d’autrui, l’une des valeurs essentielles, c’est le travail. Un immigrant doit travailler pour vivre, il doit parfois travailler très dur, plus que les autres, parce qu’il travaille pour la famille. Il y a aussi l’apprentissage de la langue française, précieux outil d’intégration.

Et puis, que dirait la famille de Carlotta en voyant cet inconnu, cet étranger qui venait les déranger au milieu de leur drame?

L’histoire de ce roman donne lieu à des moments authentiques certes, mais on y retrouve aussi une certaine sensibilité derrière la plume de l’auteur. Il y a certainement là, un moment clé de la force d’aimer entre Carlotta et Mario, deux personnes apparemment étrangères, mais au fond fusionnelles. L’amour est présenté comme une force, mais aussi comme une faiblesse parce que le choix semble, à un moment, s’imposer. Le temps de la guerre est un moment crucial et décisif.

Le roman de Fahmy a tout pour conquérir : il y a les Italiens, les Canadiens, il y a une histoire du passé, il y a l’Amérique du Nord, l’univers avec tous ses balbutiements sur le vivre-ensemble, l’amour, les réalités de l’immigration, la famille, la guerre et la fureur de vivre. Bref, il y a un peu de tout pour mettre l’imaginaire au service de la plume. Reste que c’est aussi dans sa réalité de personne immigrante que Fahmy est allé chercher.

Fahmy mêle l’histoire et l’intime avec une habileté et une sensibilité légendaire. Et si la question de la guerre au cœur de ce roman, clairement difficile, c’est bien sûr l’antithèse entre la barbarie guerrière dont toute armée doit être capable — pour se battre et pour survivre — et la finesse, la beauté, la folie et la grandeur de l’amour et à sa manière l’espoir de Carlotta, la volonté de vivre de Mario qui rendent tout ce récit profusément touchant. Si tout chez Fahmy est très concret, personnifié, évident, pragmatique pour ainsi dire, il est important de mentionner qu’il touche des questions de toutes les époques, la vie, la mort, l’amour, les différences, les difficultés. Et il y a dans ce que j’appellerai son besoin de dire l’histoire un authentique questionnement sur l’idée du vivre-ensemble sur une terre d’immigration. Au plus haut de l’histoire, Fahmy rappelle qu’en face des questions de division ou de différence, l’amour aura toujours le dernier mot. Il n’y a de diversité que dans l’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Enlève la nuit — Monique Proulx

Lire un livre déjà couronné de plusieurs prix, et donc de multiples critiques, peut sembler risqué. On peut se demander ce qu’il reste à dire. Cependant, adopter cette perspective revient à questionner notre propre jugement esthétique. Entrons donc dans ce texte sans préjugés ni suppositions.

Read More

Bar italia 90 de Mattia Scarpulla

Cette réinvention du personnage multi-identitaire dans le contexte contemporain du roman de Mattia Scarpulla, Bar Italia 90, apporte une touche d’intrigue et de subversion à l’histoire. Imaginer en quelque sorte une Virginia Woolf du XXIe siècle se tournant vers une relation amoureuse avec une femme rencontrée au Bar Italia, un lieu qui est à la

Read More

L’Aurore martyrise l’enfant – de David Ménard

La sensibilité a toujours un prix Dans ce roman paru en 2023, David Ménard nous transporte dans un récit singulier où il donne la voix à Marie-Anne Houde, célèbre pour son rôle de « femme méchante », incarnant à la fois la marâtre et la belle-mère dans l’imaginaire québécois. À travers une lettre poignante adressée à Télésphore

Read More

Voir Montauk de Sophie Dora Swan

Dans la quête de sens à travers les tourments de la maladie maternelle, une femme trouve dans la promesse d’un voyage vers Montauk une allégorie de la recherche du calme intérieur. L’écriture devient le phare éclairant la voie, où les trajets physiques se mêlent aux voyages de l’esprit, offrant ainsi un refuge de sérénité où la complexité de la relation mère-fille s’efface devant la simplicité de l’être.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit