JE ME RÉCLAME DU VERTIGE — GENEVIÈVE DUFOUR

je condamne l’utilisation du vertige comme figure de style

le mien n’est pas rêveur

il s’identifie neurologique et central

Macule quotidien mon caractère

en traits cadencés identité

perdue

Lorsque la maladie prend possession d’un corps et que ce dernier aspire à retrouver la santé, il devient difficile d’envisager une reconstitution, d’autant plus que la maîtrise de l’avenir peut orienter ou influencer une décision. Le corps, étant au cœur de l’existence, incarne une évidence indéniable, car l’humain naît, s’épanouit, souffre, interagit avec autrui et finalement décède dans un corps. Ainsi, il est ardu de faire abstraction de cette réalité corporelle. Le recueil aborde cette notion à travers l’expérience de la narratrice qui ressent la dépossession de son propre corps.

en montagne mieux vaut

descendre le cap

contempler

les crevasses

attendre demain

pour gravir

le reste

La narratrice entraîne le lecteur dans une élévation poétique, le positionnant en tant que témoin de la vulnérabilité et de la fragilité du corps. Cependant, le lecteur est également convié à observer la prise en charge du devenir et la volonté de se rétablir. C’est une invitation à être spectateur de cette ascension, où la fragilité du corps coexiste avec la détermination à se remettre en selle.

il fait beau
mais chaque coin de rue

est une étape

Indubitablement, nous naviguons entre la fragilité et l’impératif du redressement, cependant, ce redressement n’est en aucun cas une réalité permanente. Tant que nous sommes en vie, nous oscillons entre l’équilibre et le déséquilibre, avec l’élément crucial demeurant le désir d’avancer.je fais partie des humains conditionnels.

ceux qui comptent les secondes

entre les coups de tonnerre

On suit la narratrice dans sa maladie, une étape qu’elle accepte. Le recueil est aussi acceptation de soi. Geneviève Dufour le dit de manière très claire :

avoir su
que la vie était incurable
j’aurais mis le feu
à ma bouche

La réalité de la maladie et de la souffrance, telle qu’évoquée dans les écrits de Geneviève Dufour, souligne que chaque être humain est confronté à cette dimension de la mort et de la résurrection. L’auteure s’engage joyeusement dans la création poétique, utilisant la matière tirée de son expérience personnelle et de son observation du monde. C’est une démarche naturelle pour elle, qui fusionne ainsi sa vie intime avec la poésie qu’elle compose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Sans morale — Laurent Robert

Laurent Robert explore une variété de formes et de styles poétiques dans son recueil composé de 100 poèmes. Il offre une expérience riche et diversifiée pour les lecteurs. En intégrant des genres allant du haïku au sonnet en passant par le tanka, il démontre sa mobilité et son engagement envers la diversité de la poésie. Le

Read More

Poésie- Lieux dits -Collectif

Pour les éditions Prise de parole, la publication d’un recueil collectif, à l’occasion de leur 50ᵉ anniversaire, est évidemment un moment spécialement mémorable. Six femmes, plusieurs façons de penser : Miriam Cusson, Yolande Jimenez, Suzanne Kemenang, Andrée Lacelle, Charlotte L’Orage, Guylaine Tousignant *** Abstraction faite des nuits fiévreuses et des angoisses existentielles (ce qui donne toute la

Read More

Rictus -Eddy Garnier

Eddy Garnier, poète de la diaspora né dans le Plateau Central d’Haïti, a consacré son œuvre à défendre les principes de justice dans une dimension universelle. Installé dans la région de l’Outaouais, il a puisé son inspiration dans les réalités de la vie quotidienne, les luttes sociales et les questionnements existentiels. Dans son dernier recueil

Read More

Vers l’embellie -Fernand Ouelette

La trajectoire littéraire d’Ouellette s’est étendue sur plusieurs décennies, au cours desquelles il a enrichi le monde de la poésie, des essais et des critiques à travers une pléthore d’œuvres. Son écriture, souvent ancrée dans les thématiques de l’identité, de la langue et de la condition humaine, a profondément captivé les lecteurs. Impliqué dans divers mouvements culturels et artistiques au Québec, il a activement contribué à l’épanouissement de la scène littéraire de cette province, en la nourrissant de sa vision et de son engagement. La lecture de son dernier recueil, « Vers l’embellie », a suscité un vif intérêt, témoignant de son pouvoir évocateur et de sa pertinence continue dans le paysage littéraire contemporain.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit