Rictus -Eddy Garnier

Eddy Garnier, poète de la diaspora né dans le Plateau Central d’Haïti, a consacré son œuvre à défendre les principes de justice dans une dimension universelle. Installé dans la région de l’Outaouais, il a puisé son inspiration dans les réalités de la vie quotidienne, les luttes sociales et les questionnements existentiels. Dans son dernier recueil intitulé « Rictus », publié aux Éditions Terre d’accueil, il explore avec acuité diverses thématiques sociétales, telles que les inégalités sociales, le racisme, les migrations, la condition de l’existence et l’introspection personnelle. À travers ses vers poignants, il donne sa voix aux marginaux, aux opprimés et à ceux qui luttent pour leur dignité et leur droit à une vie meilleure.

Dans une interview, Garnier souligne : Rictus, je veux dire le livre, projette l’itinéraire de la vie, d’une vie. Rictus ne raconte pas une histoire. Chaque poème est une histoire dans ses histoires. Comme nous le savons, la vie est migrante dans ses nombreuses facettes qui se vivent en même temps et successivement : les sentiments, les émotions, les hauts et les bas, les amours et les haines, les plaisirs et les déplaisirs, les naissances et les incompris inconnus. Et l’intention des six parties de Rictus ne peut que résumer la photographie d’étincelles de facettes de la vie choisies parmi la vastitude. (Eddy Garnier et Marie-Léontine Tsibinda).

Nous avons fui la misère

Pour aller nous saouler d’illusion

Nous avons fait couler la vie entière

Dans le lit de l’existence

Nous avons abandonné la lutte

Pour abreuver les fesses de l’inconnu

Et depuis qu’on a trahi la vie

Et depuis qu’on a humilié la lutte

Nous nous sommes alliés au désespoir

Pour corrompre notre propre vie

Le soleil a pris depuis longtemps son dernier envol

Il n’a plus daigné peigner la broussaille

Car il ne reste plus de sentiers

Pour abreuver les jeunes pousses rongées

Par les racines vivaces et profondes

Dans sa totalité, ce poème offre une critique poignante de la condition contemporaine, pointant du doigt les conséquences dévastatrices de la fuite de la réalité, de la trahison de soi, du déracinement identitaire et du désespoir qui en découle. Il invite le lecteur à méditer sur le sens ultime de son existence.

Le poète, en écrivant, exprime un cri d’agonie face à la condition humaine, alors que le sens se dissout dans les méandres d’un monde où la survie est une lutte éreintante. L’allégorie de la fuite hors des griffes de la misère, pour se perdre dans le labyrinthe des illusions, révèle la vaine recherche du bonheur et de la plénitude à travers des artifices éphémères et des choix de vie. L’écoulement de toute une existence dans le lit insignifiant de l’existence évoque un sentiment d’absurdité, où chaque jour semble être gaspillé dans des activités dénuées de sens.

La trahison de la vie elle-même, abandonnée pour des plaisirs fugaces, renforce le thème lancinant de la désillusion et de la perte de repères. Le désespoir devient ainsi un compagnon de voyage, une force insidieuse qui ronge l’âme et éteint toute flamme d’espoir.

L’image du soleil, ayant fait son dernier envol et ne projetant plus ses teintes sur la broussaille, évoque une atmosphère de désolation et de déréliction, où même la nature semble tourner le dos à l’humanité.

En être terriblement tourmenté

Ne jamais connaître la douce faiblesse

De se plaindre des assaillements

Avoir sans doute fait souffrir l’autre moitié

De sa rigidité de ses rêves égoïstes

Son désir ardent de se casser

Pour jouir des plaisirs de la futilité

Des plaisirs de la redondance du terre à terre

Ce segment poétique ajoute une dimension supplémentaire à la critique acérée de l’humanité précédemment exposée. Il plonge dans les profondeurs du tourment intérieur, révélant une réticence à la vulnérabilité et une difficulté à exprimer ses propres tourments. Le refus de connaître «la douce faiblesse» de se laisser aller à se plaindre des assauts suggère une résistance obstinée, peut-être teintée d’orgueil ou de peur de dévoiler ses fragilités. Cette attitude renforce l’image d’une société qui glorifie la force et la résilience, mais qui néglige trop souvent les besoins émotionnels et les peines intérieures de chacun.

L’évocation de «faire souffrir l’autre moitié» souligne la culpabilité et les répercussions de cette rigidité et de ces aspirations égocentriques. Cela met en lumière la manière dont nos propres défenses et désirs égoïstes peuvent entacher nos relations et affecter autrui.

Le désir ardent de se briser pour « jouir des plaisirs de la futilité », quant à lui, révèle une quête de sensations, voire d’autodestruction, dans une recherche vaine de divertissements superficiels qui ne sauraient remplir le vide intérieur.

Entonnoir goulot exigu

Pourtant tout y passera

Tous

Dichotomie d’inique équité

Une belle découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Sans morale — Laurent Robert

Laurent Robert explore une variété de formes et de styles poétiques dans son recueil composé de 100 poèmes. Il offre une expérience riche et diversifiée pour les lecteurs. En intégrant des genres allant du haïku au sonnet en passant par le tanka, il démontre sa mobilité et son engagement envers la diversité de la poésie. Le

Read More

Poésie- Lieux dits -Collectif

Pour les éditions Prise de parole, la publication d’un recueil collectif, à l’occasion de leur 50ᵉ anniversaire, est évidemment un moment spécialement mémorable. Six femmes, plusieurs façons de penser : Miriam Cusson, Yolande Jimenez, Suzanne Kemenang, Andrée Lacelle, Charlotte L’Orage, Guylaine Tousignant *** Abstraction faite des nuits fiévreuses et des angoisses existentielles (ce qui donne toute la

Read More

Vers l’embellie -Fernand Ouelette

La trajectoire littéraire d’Ouellette s’est étendue sur plusieurs décennies, au cours desquelles il a enrichi le monde de la poésie, des essais et des critiques à travers une pléthore d’œuvres. Son écriture, souvent ancrée dans les thématiques de l’identité, de la langue et de la condition humaine, a profondément captivé les lecteurs. Impliqué dans divers mouvements culturels et artistiques au Québec, il a activement contribué à l’épanouissement de la scène littéraire de cette province, en la nourrissant de sa vision et de son engagement. La lecture de son dernier recueil, « Vers l’embellie », a suscité un vif intérêt, témoignant de son pouvoir évocateur et de sa pertinence continue dans le paysage littéraire contemporain.

Read More

LES MIROIRS DE L’OMBRE – JEAN-PAUL DAOUST

Jean-Paul Daoust, poète québécois né en 1946, est reconnu pour sa carrière artistique prolifique, comprenant une trentaine de recueils de poésie et deux romans depuis 1976. Il a également dirigé la revue Estuaire de 1993 à 2003 et a été chroniqueur de poésie pour Télé-Québec et Radio-Canada jusqu’en 2002. Son style d’écriture, à la fois

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit