La vie en noir – Guilaine Kinouani

« Je pense au dos de ma mère qui est pratiquement brisé. Le symbolisme social de la femme noire qui souffre de maux de dos est très fort. Beaucoup d’immigrées de la première génération ont courbé l’échine. Être les mules de la société se paie au prix fort. Et nombreuses sont leurs filles qui ont la voix cassée à force de vouloir faire entendre des mots que peu sont prêts à entendre. C’est ce que cela fait d’être réduites au silence. Les dos noirs ont longtemps porté le fardeau des Blancs, striés par les coups de fouet pour avoir élevé la voix. Mais nous avons le droit de les soulager d’une partie de ce fardeau et de le partager. Nous avons le droit de parler. Et nous avons le droit d’écrire. Nous devons absolument nous faire entendre, par tous les moyens, si nous voulons éviter que l’histoire ne se répète comme une fatalité ».

Cet ouvrage d’une actualité renversante élabore une catégorisation expérimentale de la question du racisme, et offre de surcroît un panorama réaliste aux personnes qui s’intéressent à la question du racisme anti-noir dans le monde. Même si le livre est écrit par une psychologue universitaire, il saura satisfaire un lectorat plus large, désireux de découvrir l’œuvre de Guilaine Kinouani ou d’enrichir ses connaissances sur la question du racisme envers les noirs, car la méthode utilisée qui part de faits vécus est propice à l’apprentissage. Avec La vie en noir,Guilaine Kinouani sonne l’alarme sur la question des Noirs dans le monde. En effet, elle aide le lecteur à prendre conscience sur le fait que le racisme existe bel et bien, mais elle indique aussi des chemins pour la revalorisation de l’identité noire qui passe tout d’abord par une revalorisation personnelle. Son analyse de la question noire aide à mieux en saisir, concevoir et interpréter la teneur, à en déterminer les motivations, les prétextes, les causes et les thèmes avoisinants pour donner une base à ses lecteurs.

Les huit chapitres qui structurent l’œuvre sont les suivants : Être noir, Esprits noirs, Honte noire, Corps noirs, Éduquer des enfants noirs, Travailler en étant Noir, amour noir, Résistance noire.

Le texte est dense et direct certes, mais les lecteurs ne doivent pas se laisser intimider par la densité du texte, car il est fluide et regorge d’exemples. La lumière que l’auteur essaie de mettre sur chaque œuvre est essentielle. En effet, Guilaine Kinouani, avec un souci de précision, transmet une doctrine à partir d’exemples précis et souligne l’importance de travailler sur les questions noires. En réalité, elle invite chaque lecteur à se créer un parcours après la lecture de cet ouvrage. La démarche de Kinouani s’inscrit dans l’observation et l’analyse des faits, mais aussi par son positionnement de psychologue :

« Beaucoup trop de professionnels de la santé mentale considèrent les structures sociales et le racisme comme une distraction, voire un vecteur, des véritables problèmes. Trop de psychothérapeutes et de psychologues encore voient la thérapie sous un prisme erroné, en considérant la relation à la mère comme le principal vecteur des problèmes de l’individu – imaginez un esclave en détresse à cause de son manque de liberté se voir demander de réfléchir à ses relations avec sa mère pour atteindre les “véritables problèmes. »

Guilaine est une psychologue certes, mais elle est aussi une pédagogue, car elle analyse de manière très scrupuleuse la question de l’identité noire et va jusqu’à proposer un guide de réflexion au terme de chaque chapitre. Elle veut que les gens soient capables de réfléchir au-delà de son texte afin de trouver des voies et moyens pour aborder la question du racisme. Elle inscrit son étui dans un ordre thérapeutique de sorte que les Noirs puissent être plus vigilants sur la question de leur identité et de celles de leur histoire.

La vie en noir : Comment vivre dans une société blanche ?

Kinouani note que dans tous les cas, tous les Noirs passent par la case racisme. Ce sont parfois les situations et les formes de racisme qui diffèrent. Cette rencontre avec le racisme parce qu’elle devient un lien de notre vie est un tremplin qui nous permet parfois de prendre d’autres élans. De ce fait, elle considère que « la transparence et la réflexivité sont des qualités importantes pour quiconque veut comprendre le concept de race ».

De surcroît, elle parle de POWER l’acronyme de Prepare, Observe, Wait, Exhale et Resist (préparer, observer, attendre, expirer et résister). Selon elle, « le cadre POWER (power voulant dire pouvoir en anglais) va vous servir à gérer vos réponses physiologiques et à accroître votre sentiment d’autonomie et de confiance ».

Guilaine Kinouani apporte une valeur importante aux études sur la race noire et tisse un dialogue avec les participations précédentes, notamment les références qu’elle cite dans ce livre. Elle offre une matière culturelle renouvelée par l’identité noire, propre à alimenter les regards inédits, intéressants et éclairés, et raviver la créativité. Aussi, bien qu’elle se concentre davantage sur l’identité noire, elle n’évacue pas les questions de croissance personnelle censée aider les Noirs à prendre leur destin en main.

Elle conclut que : « Nous méritons d’être libres. Et nous méritons de nous épanouir. Il est temps de prendre ce pouvoir et de l’assumer. ». Tel est à mon avis le sens de cet ouvrage.

K. E. Makosso

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

NADIA CHEZ LES QUADRA

Dans le vaste panorama de la littérature africaine, Nadia Origo se distingue comme une figure polymorphe, naviguant avec aisance à travers les multiples facettes de l’écriture. Sa trajectoire tant académique que professionnelle reflète un éclectisme rare, où elle s’illustre tantôt en poésie, tantôt en prose romanesque, et encore en tant qu’essayiste éclairée. Mais ce qui

Read More

Kipiala ou la rage d’être soi de Bill Kouélany : récit d’une vie tourmentée

Bill Kouélany, artiste plasticienne originaire de la République du Congo, est la première Africaine subsaharienne à exposer à la Documenta de Kassel en 2007. Lauréate du Prix Prince Claus en 2019, elle est la directrice artistique de « Les Ateliers Sahm », un espace pluridisciplinaire qu’elle a créé pour les jeunes artistes en 2012, à Brazzaville. Elle publie Kipiala ou la rage d’être soi en 2021, aux Éditions Les Avrils, après ses pièces de théâtre Cafard, cafarde (2003) et Peut-être (2007).

Read More

Les Couleurs d’Amandine Hamet

Paru en France en 2022, en réaction à la situation des mineurs migrants dans les salles de classe, le récit autobiographique d’Amandine Hamet se présente comme une véritable somme sur la réalité de l’exil. Loin d’être un simple assemblage de cas, l’ambition de ce récit est d’amener les pays d’accueil à repenser la difficile question de l’exil et de l’hospitalité, en adoptant un sens humain et social.

Read More

L’inédit de Marie Cardinal

Analyse littéraire Nos rédacteurs chevronnés décortiquent, décomposent, passent les ouvrages littéraires francophones au peigne fin pour observer le sens, la structure et la portée d’une parution récente ou vous font redécouvrir un grand classique.  Honneur à Marie Cardinal, L’inédit, Montréal, Éditions Annika Parance, 2012. Publier des textes inédits de Marie Cardinal est une entreprise louable. En effet,

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit