,

Mémoires de l’Esclavage de Serge Diantantu

L’auteur de bandes dessinées Serge Diantantu a tiré sa révérence le mercredi 1er juin 2022, des suites d’une longue maladie. Il était âgé de 62 ans. En re-publiant cet article de Gisèle Totin, Le magazine OU'TAM'SI lui rend hommage.

Le mois de mai en France est le mois de la Mémoire depuis la Marche des libertés du 23 mai 1998. Au cours de ce mois, de nombreuses associations et villes organisent diverses manifestations pour commémorer l’abolition de l’Esclavage de 1848. Il y a quelques années, j’ai pu rencontrer à Toulouse, l’artiste engagé Serge Diantantu, alors qu’il était l’invité d’honneur de l’une de ces manifestations.  

Originaire de la République démocratique du Congo, Serge Diantantu fut menuisier-ébéniste et étudiant de l’académie des Beaux-arts à Kinshasa. Plus tard en France, il fait ses débuts à la télévision sur la célèbre émission de variétés françaises « Champs Elysées » puis il devient l’un des meilleurs architectes de plateaux-télés. Par la suite, il devient auteur, bédéiste et réalisateur de cinéma d’animation.

Lors de cette rencontre à Toulouse, nous avions parlé du devoir de mémoire et déploré que l’Esclavage et les Traites négrières ne fussent toujours pas étudiés à l’école comme ils devraient l’être.

Or c’est à l’école que nos enfants découvrent qu’ils sont « Noirs » et c’est très dur pour eux quand ils réalisent ce qu’être « Noir » signifie. Les « Noirs » sont les derniers en tout, « ils n’ont rien inventé ». « Ils ne sont pas entrés dans l’Histoire » comme disait l’autre, depuis le sommet de l’État français. En résumé, on apprend à l’école que les « Noirs » étaient des sauvages avant l’arrivée des colons puis qu’ils ont été esclavagisés. En 1685 le Code noir de Colbert a fait d’eux des meubles. Incapables de se libérer eux-mêmes, ils sont sortis de l’Esclavage grâce aux sauveurs abolitionnistes en 1848. De nos jours, ils sont les plus pauvres, des sous-développés, comme ils disent. Ils tombent comme des mouches à cause de la famine, du sida ou d’Ebola. Ils se comportent comme des barbares en se génocidant les uns les autres. Ils meurent noyés dans « le ventre de l’Atlantique ».

De plus, les médias mainstream propagent sans discontinuer cette terrible narration et ont permis aux fantasmes des uns et aux mensonges des autres d’occuper tout l’espace médiatique pendant très longtemps.

S’agissant de l’histoire de l’Esclavage, la voix de Serge Diantantu s’est élevée fortement au milieu de celles qui martèlent que nous devons tourner cette sombre page de l’histoire de l’humanité. Les « Noirs » sont d’ailleurs les seuls qui reçoivent sans cesse, cette injonction d’oublier leur histoire. Serge Diantantu leur réplique qu’une page doit être lue avant d’être tournée !               

Pour se faire, il a offert au monde une série de bandes dessinées intitulées Mémoires de l’Esclavage. Elles sont les fruits de recherches historiques sérieuses et approfondies sur les sujets de l’Esclavage et des Traites négrières. Ces bandes dessinées ont été élaborées grâce au sacré coup de crayon du bédéiste et elles constituent un outil pédagogique inédit et indispensable. Réalisées sous le parrainage de l’UNESCO, elles retracent l’histoire de l’Esclavage avec des personnages, des dates et des lieux authentiques. Cette série de bandes dessinées nous apprend l’histoire de l’Esclavage par son commencement : depuis la fin de l’Antiquité en Orient jusqu’aux siècles de Traite négrière occidentale et jusqu’à son abolition.

Le support du dessin est un choix opportun, car il permet au jeune public d’appréhender au mieux ce sujet difficile. Ces bandes dessinées sont accessibles aux enfants âgés de dix ans au moins.  

Avec cette série, Serge Diantantu nous a offert un présent inestimable : une étude objective des faits au service d’un enseignement sans complexe de notre histoire commune à tous ! Les cinq excellents volumes de la série devraient être incontournables dans toute bibliothèque digne de ce nom.


L’immense artiste Serge Diantantu a tiré sa révérence au début du mois de juin 2022. Vaillant soldat de la mémoire, il a beaucoup œuvré pour faire émerger en force et en vérité, des mondes que l’on croyait enfouis. En cela, il a parfaitement réussi sa mission de vie et mérite amplement le repos éternel auprès d’ancêtres aussi valeureux que lui. Que la terre lui soit légère !

Ayaba Totin, juin 2022

Informations

Mémoires de l’Esclavage de Serge Diantantu , Caraïbéditions

Bulembemba, 2010

En naviguant vers les Indes, 2011

L’Embarquement de bois d’ébène, 2012 

Île de Gorée, 2014

Colonies des Antilles et de l’océan Indien, 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Desirada de Maryse Condé, Editions Robert Laffont, 1997

Le 2 avril 2024, Maryse Condé, autrice guadeloupéenne de renom, nous a quittés à l’âge de quatre-vingt-dix ans, laissant derrière elle un héritage littéraire monumental. En quarante-cinq années de carrière, elle a enrichi la littérature francophone de près d’une cinquantaine de récits puissants, dont les incontournables « Ségou » et « Moi, Tituba sorcière… ». Son œuvre, traduite en une quinzaine de langues, lui a valu de nombreux prix, notamment le prix Nobel alternatif de littérature en 2018. Parmi ses écrits marquants, « Desirada » explore les thèmes de l’identité et de la quête de soi à travers l’histoire de Marie-Noëlle, une héroïne en quête de ses origines et de sa place dans le monde.

Read More

Unique en son genre : Au musée de la Civilisation de Québec

Du 18 mai 2023 au 14 avril 2024, la Banque TD présente une exposition captivante centrée sur le thème du GENRE, vous invitant à plonger au cœur même de l’expérience humaine et de sa riche diversité en explorant les multiples facettes des identités de genre. Cette exposition offre une occasion unique d’explorer comment ces identités

Read More

Le continent du Tout et du presque rien de Sami Tchak

Sami Tchak est un sociologue et écrivain togolais. Il est devenu, en trente ans, une sommité du cercle des écrivains francophones reconnue dans le monde entier. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages, des romans et des essais, dont plusieurs ont été traduits en italien, en espagnol et en allemand. En 2004, il est le lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire pour son quatrième roman La fête des masques

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit