Le tranquille affligé de Gilles Jobidon

Analyse littéraire

Nos rédacteurs chevronnés décortiquent, décomposent, passent les ouvrages littéraires francophones au peigne fin pour observer le sens, la structure et la portée d’une parution récente ou vous font redécouvrir un grand classique. 


Honneur à Gilles Jobidon, Le tranquille affligé, Montréal, Léméac, 2018.

« Jacques Trévier est d’essence vagabonde. Il y a toutes sortes de moyens de dénicher le bonheur, toujours enfoui quelque part. heureusement son oncle l’emmène sur la lune. Autrement dit, en Chine. Lui montre les montres. Lui enseigne les cadrans, les horloges, les coucous, les boîtes à musique, les automates, alouette. Lui ouvre une toute grande la porte des livres. De l’algèbre de Herr Bach. Et le dimanche, quand ce n’est pas carême, lui refile. Du chocolat ? » ⏤ Auteur?


À partir de l’histoire de Trévier, un jésuite défroqué, Gilles Jobidon touche des questions très contemporaines. Avec une écriture, subtile et ciselée, un style propre, il dénonce les magouilles des grandes puissances pour hypothéquer les ressources naturelles et l’environnement.

 Trévier est un personnage qui incarne plusieurs personnes, plusieurs réalités, je dirai même toute une histoire. Trévier c’est l’histoire. L’histoire des Jésuites ayant vécu en Asie; l’histoire de la guerre de l’opium. Comme toute œuvre fictive, c’est un imaginaire qui annonce le réel. Une histoire qui s’ancre dans la modernité.

L’écrivain québécois réussit à loger une saga dans 164 pages. Trouver les mots et la manière d’évoquer une telle vérité, ce peut-être pour un écrivain, un projet divisé en plusieurs tomes ou en un immense pavé. Certains n’y parviennent jamais. Ce n’est pas une question de talent. D’ailleurs, c’est quoi le talent chez un écrivain ? C’est tellement relatif et subjectif qu’il est difficile de dire que celui-ci a un talent et l’autre non, même si parmi eux, ce qui est le cas de Gilles Jobidon, certains ont l’art de raconter une histoire. Comme ses précédents romans qui ont rencontré du succès, Le tranquille affligé s’est imposé comme une évidence à l’auteur, une nécessité du dire. C’est donc dans les différents personnages du roman, notamment celui de Trévier que le monde est ausculté et narré.

La toile de fond est celle d’une Chine impériale qui, dans la tourmente, confie une mission à Trévier : aller chercher sur l’île de la mer d’Oman, dont la « population vit la nuit et dort le jour », le maître artisan d’une teinture noire unique qui serait éventuellement capable de réduire les maux qui affligent la Chine. Il tombe amoureux d’une Africaine albinos qui attire aussi l’empereur. Jacques Trévier est malheureux, car cet amour est impossible. Il devient le « tranquille affligé », car désarmé face à cette tragédie individuelle.

Mais c’est à hauteur d’homme, ou faudrait-il dire de femme, que le jésuite défroqué, désappointé, résigné, assumera son histoire. La permanence de cet amour interdit, secret, illumine l’arrière-plan du récit et suffirait à le pourvoir en romanesque.

Jobidon fait partie des écrivains les plus discrets au Québec, mais aussi des écrivains justes et respectueux de la littérature francophone. Peut-être parce qu’en plus de se sentir plus citoyen du monde, il accorde une place importante à la culture occidentale. Il mise sur les éléments occidentaux (l’eau, l’air, le feu et la terre), selon un principe qui structure son œuvre entière, mais il rajoute des éléments orientaux que sont l’or et le bois (symbolisant la poésie et l’élévation), qu’on retrouve dans Le tranquille affligé. Il confère non seulement de la réalité à son texte, mais aussi de l’éternité et de la responsabilité. C’est ainsi qu’il exhume une histoire de la colonisation, de la religion, de l’amour et de l’impérialisme industriel ambiant de notre siècle. On peut y lire non seulement un amour pour la littérature, mais aussi un besoin d’éveil de conscience. Ce n’est donc pas un roman du passé, mais un roman du présent et de l’avenir. Cet engagement et ce goût du sacré sont constitutifs de l’écriture, du style même de Jobidon. Il a en effet cette aptitude à savoir économiser des exigences qui n’en sont jamais tout à fait, une écriture aboutie et poétique.

Le mérite de Jobidon, c’est d’avoir réussi à donner une vie littéraire à cette histoire en pensant à l’univers d’aujourd’hui. Il a obtenu le Prix littéraire des cinq continents de la Francophonie en 2019 pour ce roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Bar italia 90 de Mattia Scarpulla

Cette réinvention du personnage multi-identitaire dans le contexte contemporain du roman de Mattia Scarpulla, Bar Italia 90, apporte une touche d’intrigue et de subversion à l’histoire. Imaginer en quelque sorte une Virginia Woolf du XXIe siècle se tournant vers une relation amoureuse avec une femme rencontrée au Bar Italia, un lieu qui est à la

Read More

L’Aurore martyrise l’enfant – de David Ménard

La sensibilité a toujours un prix Dans ce roman paru en 2023, David Ménard nous transporte dans un récit singulier où il donne la voix à Marie-Anne Houde, célèbre pour son rôle de « femme méchante », incarnant à la fois la marâtre et la belle-mère dans l’imaginaire québécois. À travers une lettre poignante adressée à Télésphore

Read More

Voir Montauk de Sophie Dora Swan

Dans la quête de sens à travers les tourments de la maladie maternelle, une femme trouve dans la promesse d’un voyage vers Montauk une allégorie de la recherche du calme intérieur. L’écriture devient le phare éclairant la voie, où les trajets physiques se mêlent aux voyages de l’esprit, offrant ainsi un refuge de sérénité où la complexité de la relation mère-fille s’efface devant la simplicité de l’être.

Read More

POSSIBLEMENT RUBY — LISA BIRD-WILSON

Lisa Bird-Wilson, écrivaine et poète Cri-Métis, occupe le poste de PDG de l’Institut Gabriel Dumont des études autochtones, une organisation dédiée au renouvellement et au développement de la culture et de l’éducation métisses. Son premier roman, « Possiblement Ruby », marque ses débuts littéraires aux États-Unis. Elle réside actuellement à Saskatoon, au Canada. Dans ce récit captivant,

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit