La fin de Mame Baby de Gaël Octavia

Analyse littéraire

Nos rédacteurs chevronnés décortiquent, décomposent, passent les ouvrages littéraires francophones au peigne fin pour observer le sens, la structure et la portée d’une parution récente ou vous font redécouvrir un grand classique. 


Honneur à Gaël Octavie, La fin de Mame Baby, Paris, Gallimard « Continents noirs », 2017:.

L

e roman féministe de cette rentrée littéraire chez Gallimard Continents Noirs a pour nom : La fin de Mame Baby. Il s’agit du premier roman de Gaël Octavia.

Dans cette toute petite ville qu’on appelle « Le Quartier », quatre femmes se racontent. À travers elles est mise en exergue la question de la relation à l’autre, aux autres et à la culture. Relation qui se construit, qui se déconstruit et qui se reconstruit. 

La femme

Ces quatre femmes qui refusent de s’enfermer dans un cadre prédéterminé sont des femmes libres qui ont en commun la désolation. Mariette vit dans le souvenir d’une vie remplie, mais inaccomplie. Elle fume, boit du vin pour tenir. Aline, discrète et un peu taciturne écoute beaucoup, mais elle porte une douleur que Mariette ignore : Ce qui l’a amenée sept ans auparavant à quitter « le Quartier ». Suzanne la petite blanche qui s’occupait de Mariette avant l’arrivée d’Aline. Celle-là (Suzanne) c’est l’amoureuse qui accepte de tout endurer par amour de cœur et du sexe. Enfin, il y a Mame Baby l’omniprésente à travers le souvenir de Mariette. Mame Baby c’est un peu la Simone de Beauvoir de la ville. Elle a fait de bonnes études à Paris : Normale Sup.

La présence

Dans ce roman, on croise l’histoire. L’histoire des femmes. L’histoire de la femme noire, celle qui n’a pas besoin de se fabriquer une nouvelle identité pour être. Gaël Octavia invite la femme à être tout simplement elle parce qu’elle a le droit d’être elle. C’est un devoir envers la postérité : ne pas se nier. C’est ce qu’est finalement Mame Baby. Dans ce roman, on croise la liberté. Décider de partir ou de rester est une liberté que tout le monde ne peut pas comprendre. Aimer au-delà ou en dehors des appartenances est parfois vital, car il n’y a rien de déterminé dans la vie. Seule compte la liberté.

Nathasha Pemba remercie les Éditions Gallimard « Continents noirs » pour cette collaboration.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimeriez lire également:

Enlève la nuit — Monique Proulx

Lire un livre déjà couronné de plusieurs prix, et donc de multiples critiques, peut sembler risqué. On peut se demander ce qu’il reste à dire. Cependant, adopter cette perspective revient à questionner notre propre jugement esthétique. Entrons donc dans ce texte sans préjugés ni suppositions.

Read More

Bar italia 90 de Mattia Scarpulla

Cette réinvention du personnage multi-identitaire dans le contexte contemporain du roman de Mattia Scarpulla, Bar Italia 90, apporte une touche d’intrigue et de subversion à l’histoire. Imaginer en quelque sorte une Virginia Woolf du XXIe siècle se tournant vers une relation amoureuse avec une femme rencontrée au Bar Italia, un lieu qui est à la

Read More

L’Aurore martyrise l’enfant – de David Ménard

La sensibilité a toujours un prix Dans ce roman paru en 2023, David Ménard nous transporte dans un récit singulier où il donne la voix à Marie-Anne Houde, célèbre pour son rôle de « femme méchante », incarnant à la fois la marâtre et la belle-mère dans l’imaginaire québécois. À travers une lettre poignante adressée à Télésphore

Read More

Voir Montauk de Sophie Dora Swan

Dans la quête de sens à travers les tourments de la maladie maternelle, une femme trouve dans la promesse d’un voyage vers Montauk une allégorie de la recherche du calme intérieur. L’écriture devient le phare éclairant la voie, où les trajets physiques se mêlent aux voyages de l’esprit, offrant ainsi un refuge de sérénité où la complexité de la relation mère-fille s’efface devant la simplicité de l’être.

Read More

« Si j’écris, c’est pour échapper réellement à une certaine solitude et pour essayer d’attirer le regard de l’autre. […] Je cherche simplement à sortir de ma solitude et mes livres sont des mains tendues vers ceux, quels qu’ils soient, qui sont susceptibles de devenir des amis »

Articles les plus consultés
Publicité

un Cabinet de conseil juridique et fiscal basé à Ouagadougou au Burkina Faso

Devis gratuit